Accueil Environnement Lancement de la 1ère phase de nettoiement de la « mer de déchets » à Carrières-sous-Poissy : mise au point

Lancement de la 1ère phase de nettoiement de la « mer de déchets » à Carrières-sous-Poissy : mise au point

0
0
223
7793096816_20180406192500-55ab072d-me

Eddie Ait et le collectif Agir pour Carrières prennent acte de l’annonce, le jeudi 16 janvier 2019, du lancement de la 1ere phase de nettoiement de la plaine de Carrières-sous-Poissy tristement baptisée la « mer de déchets ». Apparue en 2016 sur le territoire communal, elle compte pas moins de 26 000 tonnes de déchets.

 « Compte-tenu de l’urgence de la situation, toute avancée pour mettre fin à ce scandale environnemental doit être saluée. »

Nous y voyons le résultat des nombreuses démarches effectuées par l’ensemble des parties prenantes en général (associations, élus et riverains) et en particulier l’aboutissement de l’engagement de notre collectif depuis l’apparition de la mer de déchets en 2016 : mise en demeure de l’Etat, saisine de l’agence régionale de santé, mobilisation des moyens du Conseil régional d’Ile-de-France et de la préfecture de région, soutien aux mobilisations citoyennes, dépôt de plainte pour mise en danger d’autrui…

« Néanmoins, cette annonce nous interroge »

  • sur son calendrier d’abord, à quelques semaines des élections municipales
  • sur le périmètre retenu aussi car la parcelle est située en dehors de la mer de déchets
  • sur le financement ensuite de cette première phase, le département des Yvelines – donc le contribuable – assumant seul le coût de l’opération
  • sur sa gouvernance enfin, les lanceurs d’alerte et les élus locaux n’ayant pas été associés à la démarche

« Pollueur payeur : nous nous inquiétons de l’incapacité du maire à faire appliquer ce principe »

Nous réclamons la mise en application du principe du pollueur payeur. Il ne revient pas aux collectivités territoriales donc aux contribuables d’assumer les conséquences financières de la pratique illégale du dépôt sauvage.

« Futur de la plaine : il faut repenser en profondeur le processus décisionnel territorial. »

En sa qualité de membre du conseil d’administration de l’Epamsa (établissement public d’aménagement mandaté par la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise pour assurer la reconquête de ces vastes friches qui constituent la plaine), Eddie AIT demande à l’Etat et au Conseil départemental des Yvelines de mettre en œuvre une gouvernance participative innovante au futur projet d’aménagement et en pratiquant au préalable la votation citoyenne pour le choix du futur projet.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par agirpourcarrieres
Charger d'autres écrits dans Environnement

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Visite ministérielle sur la mer de déchets : un scandale environnemental enfin reconnu par l’Etat !

Le 4 novembre 2019, Brune Poirson, Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transi…